La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

Blogue pas de lesclavage mais

Tout dernièrement, nous vous avons présenté une première solution proposée pour régler le problème des stages non-rémunérés, soit - l’évidence même - la rémunération des stages.

Bien entendu, on parle d’une rémunération au salaire minimum, qui n’est certainement pas l’idéal. Les professions où les stagiaires sont appelés à travailler offrent un salaire beaucoup plus élevé, et ce dès l’entrée dans la profession; les raisons pour lesquelles nous avons fait ce choix sont expliquées dans un texte précédent. (FÉÉCUM)

Mais pour l’essentiel, c’est une question de présenter un calcul aussi égal que possible.

Blogue La mesure et la regle

Par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

L’infographie que nous avons présentée récemment dans le cadre de notre campagne Mon stage me ruine a suscité plusieurs réactions. C’est l’effet désiré et nous en sommes heureux, mais elle a aussi soulevé quelques questions qui méritent une réponse.

1. Pourquoi le salaire minimum?
Premièrement, considérant les salaires élevés généralement associés aux milieux de travail où se trouvent les stagiaires visés par notre campagne, pourquoi avoir choisi d’utiliser le salaire minimum en tant que mesure de base? Une stagiaire a en outre fait remarquer que, dans le domaine de l’éducation, il est possible d’être embauchés comme suppléants au cours des études, et que le salaire associé à ce rôle est beaucoup plus élevé que le salaire minimum.

miniature blogue MSMR

Par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

Il fait beau, il fait chaud, c’est l’été et nul doute, la plupart d’entre vous avez mieux à faire que de vous soucier de l’impact des annonces du gouvernement provincial sur l’aide financière aux étudiants.

D’autant plus qu’en pleine saison du gonflage de poitrail électoral, ces annonces ne sont pas toujours de quoi appeler sa mère. Prenons l’exemple d’une annonce récente à Belledune (Acadie Nouvelle): le gouvernement est allé là, tambour et fanfare, annoncer qu’il s’est entendu avec un investisseur pour étudier la possibilité de construire une usine qui ouvrirait peut-être... en 2022. C’est-à-dire à la fin du mandat du prochain gouvernement. 1000 jobs dans la construction, 200 dans l’usine - de quoi faire oublier le fiasco d’Énergie Est (Radio-Canada). Ça n’est pas sorti dans l’annonce, bien sûr.

Tout ce qui est certain est l’incertitude de la chose.

Suivez-nous sur Instagram

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503